USJ étudiant USJ enseignant Annuaire Webmail Contact  

Admission
Vie étudiante
Stages et Emplois
Témoignages
Moodle


Université Saint-Joseph
Rue de Damas
BP 17-5208 Mar Mikhaël
Beyrouth 1104-2020, Liban

Infos : etib@usj.edu.lb
Tél : +961 (1) 421 522
Fax : +961 (1) 421 060

  


 

Actualités

Offrir l’excellence
C’est sous ce thème-là que la Direction Générale de l’Interprétation du Parlement Européen a tenu son forum mondial annuel les 13 et 14 novembre au siège du Parlement à Bruxelles. L’USJ y était représentée par son Recteur, le Père Salim Daccache s.j., le Doyen de la Faculté des Langues, M. Henri Awaiss et la Directrice de l’ETIB, Mme Gina Saad. Cette troisième Conférence des Recteurs s’est penchée sur les nouvelles percées dans les domaines technologique et scientifique susceptibles de promouvoir la formation académique des interprètes de conférence. C’est ainsi que, sous le supervision de la Directrice Générale de l’Interprétation au Parlement, Mme Olga Cosmidou, des sujets tels que la reconnaissance vocale multilingue, le progrès dans la neurobiologie de l’interprétation simultanée et le processus multitâches en interprétation ont été débattus devant une assemblée de recteurs et de responsables académiques venus des plus prestigieuses universités prestataires de formation en interprétation. En guise de clôture, Mme Cosmidou a annoncé la création d’un réseau mondial de veille sur l’excellence de la formation des interprètes de conférence, réseau auquel l’ETIB a été appelée à s’associer en tant que membre fondateur.


A la veille de l’aboutissement du mandat de la Directrice Générale qui prendra fin en décembre prochain et en signe de reconnaissance d’un parcours hors du commun, effectué en faveur de la qualité de la formation des interprètes, le Professeur Daccache a remis à Mme Cosmidou un tableau en émail figurant des maisons traditionnelles libanaises qui ne sont pas sans lui ramener à la mémoire son passage, il y a quelques années, au Liban.


Pour rappel, l’USJ avait été sollicitée l’année dernière pour la signature d’un protocole d’accord avec la Direction Générale de l’Interprétation au Parlement Européen. Ce protocole qui visait le soutien pédagogique par le biais de la formation des étudiants et des formateurs, l’encadrement de stagiaires et la participation des interprètes du Parlement aux jurys d’examen commencera à prendre corps en décembre prochain par une première classe virtuelle.
Étibiens d’aujourd’hui, interprètes de demain au Parlement Européen : belle perspective d’avenir!

La traduction littéraire au Salon du Livre

Dans le cadre du Salon du livre francophone, une table ronde intitulée « La traduction littéraire dans les coulisses de l’édition» a eu lieu le lundi 3 novembre 2014. Conjointement organisée par l’Institut Français et l’Ecole de Traducteurs et d’Interprètes de Beyrouth (ETIB), dans le cadre de la célébration du 140ème de l’USJ, cette table ronde a rassemblé un panel de traducteurs et d’éditeurs et a été modérée par Mme Elsa Yazbek Charabati, journaliste et Directrice de l’interprétation à l’ETIB.
Prenant la parole la première et s’adressant à un public d’étudiants, de journalistes et d’enseignants de traduction, Mme Gina Abou Fadel Saad, Directrice de l’ETIB, a exposé les qualités du traducteur littéraire et la formation académique qui devrait être la sienne. Humilité, belle plume, facilité d’adaptation aux différents genres et styles littéraires, créativité et persévérance dans l’exercice quotidien, telles sont les compétences sine qua non du traducteur littéraire,  compétences que sa formation universitaire tente de lui faire acquérir grâce à un cursus où langues, littérature, culture et traduction littéraire s’imbriquent et se servent mutuellement.
M. Jörn Cambreleng, Président de l’Association pour la Promotion de la Traduction Littéraire (ATLAS) qui gère le bien célèbre Collège International des Traducteurs Littéraires d’Arles (CITL) a présenté l’activité et les programmes que le Collège offre. Il a mis l’accent sur « La fabrique des traducteurs », une formation qui réunit des traducteurs littéraires et leur offre le cadre idéal et les conditions nécessaires pour traduire une œuvre littéraire en vue de sa publication.
Par la suite, Mme Fifi Abou Dib, chroniqueuse à l’Orient-le-Jour, est intervenue pour partager son expérience de traductrice littéraire à travers la traduction de deux ouvrages de l’auteur libanais Toufic Youssef Awad, « Les meules de Beyrouth » et « Le Pain » paru récemment. Insistant sur l’importance de l’interaction traducteur-auteur, elle a dévoilé au public la facette du traducteur qui se laisse habiter par l’auteur.
A son tour, Mme Jana Tamer, traductrice et Directrice des Editions An-Nahar a mis la lumière sur la réalité de l’édition au Liban et à l’étranger. Elle a insisté sur le grand fossé entre les différents pays au niveau de l’édition des ouvrages traduits : très peu d’ouvrages non-littéraires (essais, philosophie, ouvrages politiques etc.) sont traduits de l’arabe vers d’autres langues, ce qui montre que les éditeurs occidentaux ne semblent pas intéressés par la production des penseurs arabes.
Cette table ronde aura servi à mettre en valeur la traduction littéraire comme métier d’avenir et à sensibiliser sur le rôle que joue l’éditeur, ce paramètre incontournable de l’opération de communication qu’est la traduction, puisque c’est lui qui dessine les contours de la traduction, astreignant le traducteur à des contraintes auxquelles il devra très souvent se plier.

 





 

 

 

© 2012 - Université Saint-Joseph     
Tous droits réservés pour textes et photos - Service des publications et de la communication